Les Pionniers

Vélo-camping 2018

Pour l'été 2018, les Pionniers du 105e Christ-Roi ont décidé de vivre un camp itinérant. Après avoir hésité pendant quelques semaines, ils ont choisi de faire le tour du Lac-Saint-Jean à vélo. Du 12 au 18 août, ils vont donc parcourir plus de 245 km à bicyclette à la découverte de cette belle région du Québec.

 

Voici le récit de leurs aventures au pays des bleuets.

Itinéraire

Pour avoir un aperçu de notre itinéraire.

Album photo

Les souvenirs, c'est tout ce qu'il nous reste.


Jour 1

Chambord - Val-Jalbert

Image: Google Maps
Image: Google Maps

Départ: Mairie de Chambord

Arrivée: Camping de Val-Jalbert

Distance: 8,2 km

Dénivelé total: 2 m

Temps estimé: 30 minutes

On est partis vers 8h du matin. Dans la voiture, plusieurs Pionniers ont récupéré des heures de sommeil négligées (oups !).
La traditionnelle photo de départ !
La traditionnelle photo de départ !
Au diner, nous avons recréé notre bénédicité (vous savez, le fameux « bonna bonna » ?) dans le belvédère d’une halte routière de La Tuque.
Sur la route, nous étions derriére une voiture qui a tué un écureuil et une libellule géante devant nos yeux. À l’arrière de la roulotte, c’était écrit Sunseeker, mais nous l’avons rebaptisée Sunkiller. Puis nous avons ouvert une longue discussion sur « quessé tu fais quand tu rencontres un orignal ? ».

La voyage s’est terminé dans le stationnement de la mairie de Chambord.
Les 8 premiers kilomètres de vélo pour se rendre au terrain de camping à Val-Jalbert, avec leur deux côtes bébélala faciles, nous ont fait réaliser que ouin... pas tout le monde s’est entrainé!

Finalement, nos deux terrains sont bordés par une chute. Oubliez ça, le doux clapotis apaisant de l’eau qui coule lentement: notre cour arrière est un torrent !
Rien de mieux pour finir la soirée que d’apprendre un nouveau jeu et de chiller autour d’un bon feu de camp.

Ah ! Oui ! Y’avait des étoiles comme on n’en avait jamais vu ! Tellement, qu’on voyait même le bras de la Voie lactée ! Et que dire des Perséïdes... wow !
Un texte signé Laurence.

Jour 2

Visite du Village historique de Val-Jalbert

La deuxième journée de notre périple avait une saveur touristique. 

Après s’être levés un peu plus tard que prévu, les Pionniers ont déjeuné et préparé les sandwiches épiques (brie/pomme/roquette) pour le lunch du midi. Puis, sac au dos, nous sommes partis à pied jusqu’au Village historique de Val-Jalbert.
Là-bas, nous avons fait jaser la charmante dame qui s’occupait de nous en attendant le tramway et comme les scouts ont la réputation d’être bons (!!!) chanteurs, on s’en est donné à coeur joie avec un Le p’tit bonheur bien senti (pour 9h du matin !).
On est monté jusqu’au vieux moulin avec le tramway de M. Bilodeau, avant d’assister au spectacle immersif et de monter jusqu’au sommet de la première chute à l’aide du téléférique. Grive n’a pas manqué l’occasion de nous raconter qu’une fois, quand elle était petite, la cabine d’un des téléférique s’était détaché et avait tué des gens en roulant jusqu’en bas de la montagne. Ah ! Ah ! Ah... not !
 
Nous avons ensuite monté les 200 quelques marches menant au belvédère pour voir la deuxième chute. C’est là que nous avons diné, avant de redescendre tout en bas à pied. 764 marches, bien comptées !
 
Nous avons ensuite visité le reste du Village et assisté au commérage des villageois devant le magasin général. 
 
Notre visite s’est achevée par une photo devant la statue de St-Georges. Parce que St-Georges, en plus d’être le saint patron de Val-Jalbert... ben c’est aussi celui des éclaireurs ! Parole de scout !

Chandails de camp

En revenant du Village historique de Val-Jalbert, Maïté et moi sommes parties faire l’épicerie en laissant les autres avec la délicate mission de préparer les chandails de camp.

 

À notre retour, nous avons été (ma foi !) vraiment agréablement surprises de les trouver tous bien engagés et au travail ! 

 

Avec les moyens du bord, ils avaient crée un atelier  de confection « à la chaine »... et ça y allait !

 

Le résultat est vraiment époustoufflant ! Non ?

Jour 3

Val-Jalbert - Alma

Image: Google Maps
Image: Google Maps

Départ: Camping Val-Jalbert

Arrivée: Camping Dam-en-Terre

Distance parcourue: 56,4 km

Dénivelé total: 48 m

Temps estimé: 3 heures

On était partis...

 

en fait non... on a eu beaucoup de difficultés avant de partir.

 

Environ 150 mètres après le départ, le frein d'Elsie s'est "brisé".  Nous l'avons attendu un peu, pour ensuite apprendre que son guidon était dans le mauvais sens !

 

Bon, le vrai départ maintenant.  Les pionniers sont partis, les cheveux dans le vent, leur vélo fendant la piste cyclable du camping de Val-Jalbert. Ils étaient "prêts" à parcourir les 50 quelques kilomètres qui les séparaient de leur destination finale de la journée : le camping de la Dam-en-Terre.

 

Les pionniers étaient dans leur élan d'une descente quand Renne Enthousiaste a perdu les pédales... littéralement.  Les jeunes ont dû continuer sans lui, pendant qu'il tentait de réparer sa vieille bécane.

 

Une fois ces quelques péripéties passées, 'avant midi s'est déroulée plutôt bien, photo de groupe avec une belle vue sur le lac. Aussi, de grandes descentes tournantes en forêt  ont fait palpiter plus d'un coeur. On s'arrêta à une halte routière/ ancien poste de traite pour une pause toilette. C'est à ce moment que nous avons retrouvés notre animateur perdu au début du parcours et nous partîmes tous ensemble vers la frite mexicaine.

 

-Les pionniers ont rejoints Grive à La Frite mMexicaine, un classique du pays des "la la", pour savourer notre salade de quinoa et de mangue des plus succulentes accompagnées de frites assaisonnées à la mexicaine.  Repas: 10/10.

 

-Prochain arrêt : une fromagerie. Le trajet commence à devenir plus difficile, ayant déjà un certain kilométrage dans le corps. Une fois arrivé à la fromagerie un décret est fait. Des tombes seront érigées en l'honneur de nos quadriceps. Dans le dernier bout de chemin, nous passons un barrage, et en sortant, un cycliste nous annonce qu'il n'y aurait plus aucune côte sur la véloroute. Pendant un instant, il était notre sauveur...Jusqu'à ce que nous nous apercevions de l'immensité de son mensonge. C'était vraiment pénible. Nous arrivons finalement à bon port (justement, le camping avait une marina) avec tout nos animateurs, que nous avions reperdus en chemin. 

 

-Super soirée de baignade à la plage et de repas en papillote dans le feu fait en écoutant diverses chansons discos.

 

-bonne nuit!

Jour 4

Alma - Delisle

Image: Google Maps
Image: Google Maps

Départ: Camping de la Dam-en-Terre

Arrivée: Parc thématique de l'Odyssée des Bâtisseurs

Distance: 3,9 km

Dénivelé total: 22 m

Temps estimé: 20 minutes


Nous avons été réveillés par un petit garçon du terrain voisin (très très très réveillé dès 6h du matin qui discutait probablement avec une corneille perchée sur la tente de Grive... hum !).

 

La journée s'annonçait très fraiche, nos pantalons longs et nos hoodies pionniers sont très appréciés.

 

Après un excellent déjeuner aux croissants "roquette / jambon / fromage", nous avons dit "bye bye Dam-en-Terre" et nous sommes partis en vélo vers le petit village de Péribonka. 

 

On fait environ 4 kilomètres pour aller prendre un tout petit traversier qui nous fait voguer jusqu'à notre prochaine visite touristique: L'Odyssée des Bâtisseurs.

L'Odyssée des Bâtisseurs

On y a suivi un parcours extérieur qui nous a permis de découvrir une grande turbine de type Francis(oui oui, comme notre pionnier !) ainsi que les ruines de l'ancien réservoir d'eau qui était aménagé pour que nous puissions marcher sur l'eau. C'était vraiment cool.

 

Ensuite, nous nous sommes dirigés vers l'ancien réservoir et nous avons gravi beaucoup de marches pour nous rendre tout en haut. Là-bas, nous avons pu voir un film immersif à 360 degrés (un peu quétaine) sur les alentours d'Alma mais quand même impressionnant. 

 

Ensuite, nous sommes retournés à l'intérieur du bâtiment principal et nous avons fait la visite guidée proposée par le musée. Cette visite parlait de l'évolution de l'utilisation de l'hydroélectricité dans la région.

 

Finalement, nous avons visité une exposition sur le rôle des femmes dans les chantiers avant de sortir piqueniquer dehors.

Delisle - Péribonka

Image: Google Maps
Image: Google Maps

Départ: Parc thématique de l'Odyssée des Bâtisseurs

Arrivée: Camping municipal de Péribonka

Distance: 45,7 km

Dénivelé total: 23 m

Temps estimé: 3 heures 30 minutes

La route est longue !

La route entre Delisle et Saint-Henri-de-Taillon n'était vraiment pas agréable. C'était un trajet rempli de montées interminables et de descentes souvent pleines de surprises... comme des débris de pneu difficilement évitable. Nous avons trouvé cette portion vraiment dangereuse et stressante.

 

Il n'y avait quand même pas que du négatif: à certains endroits, la piste cyclable se détachait de la route et sillonnait la forêt. C'était à la fois beau et réconfortant. Il y avait moins de vent, la route était plus "plate" et surtout, il n'y avait pas de camions ! 

 

Aussi, il y avait des cocons partout dans les arbres autour de nous. C'était à la fois dégueulasse et impressionnant. Arke !

 

En sortant du bois, nous nous sommes retrouvés devant une immense côte à monter... juste avant d'arriver enfin à Saint-Henri-de-Taillon. On a pris une petite collation pour faire le plein de courage avant de s'attaquer à la côte. Le pain aux bananes et les fruits séchés étaient les bienvenus !

Ah ! Le Parc de la Pointe-Taillon !

On a beaucoup aimé ce superbe parc aménagé, avec ses hypers belles vues sur le Lac Saint-Jean et ses plages de rêves.

 

Mais...

 

La piste cyclable en poussière de roches est vraiment affreuse ! Avec le vent dans la face, il faut pédaler trois coups pour avancer d'un. Nos vélos dérapent facilement et on ne peut pas atteindre une bonne vitesse sans risquer d'aller s'écraser dans les bleuets !

 

D'ailleurs, ils sont salvateurs, ces fameux bleuets ! À mi-parcours, notre stock de collations est épuisé et on réalise que notre piquenique du diner n'était peut-être pas adéquat pour nous permettre de pédaler sur de la garnotte avec le vent dans la face.

 

C'est réconfortant de pouvoir s'arrêter quelques minutes à tous les 3 ou 4 kilomètres pour s'empiffrer de bleuets frais.

 

Malheureusement, on ne peut pas vraiment profiter de la vue parce que l'horloge est contre nous. En effet, les kilomètres sont chronométrés parce qu'il faut absolument arriver au bout du trajet à temps pour le dernier traversier vers Péribonka. Si on n'y parvient pas, on sera prisonnier du Parc jusqu'au lendemain... à moins qu'on revienne sur nos pas et qu'on fasse un détour par Sainte-Monique... ce qui voudrait dire 50km de vélo DE PLUS !

Lire la suite

Jour 6

Visite au Zoo de Saint-Félicien

Après tous ces kilomètres, une petite journée de pause pour visiter le Zoo n'est pas de refus ! 

Anima Lumina

Même qu'on décide d'y retourner en soirée pour vivre le parcours Anima Lumina.